L’arnica : petite fleur, grande utilité !

En pharmacie, l’arnica est l’un des médicaments en vente libre les plus demandés. C’est aussi un classique de la trousse d’urgence et du sac du sportif.

Mais quels sont exactement les bienfaits de l’arnica, cette petite fleur des montagnes ?

Arnica montana : une fleur précieuse

L’arnica montana est une jolie plante à fleurs jaunes et orangées qui pousse surtout dans les régions montagneuses de l’Europe et de la Russie.
Elle est utilisée depuis des siècles dans divers usages et principalement pour soulager les douleurs liées à un choc (bleus, bosses…) ou à la fatigue musculaire (crampes, courbatures…).

La grande popularité de l’arnica a d’ailleurs mis en péril cette espèce au point que, dans certains pays, les autorités en ont réglementé l’exploitation par les firmes pharmaceutiques.

La fleur d’arnica est cueillie à la main, à un certain stade de floraison et en laissant sur le terrain une proportion minimale de tiges fleuries afin de pérenniser cette précieuse espèce…

Arnica : contre les bosses, bleus et piqûres

L’arnica soulage les hématomes et contusions de toute la famille…

Et souvent, les enfants sont les premiers utilisateurs ! En effet, de la cour de récré au terrain de foot en passant par les balades à vélo, les enfants sont coutumiers des bleus et des bosses. Il s’agit d’ailleurs d’une réaction normale et utile qui permet au corps, suite à un choc, de préparer le processus de cicatrisation.

Une petite application de pommade permettra néanmoins de soulager la douleur et de faire disparaître le bobo plus rapidement.

En été, l’arnica est aussi utilisée pour soulager la douleur et les démangeaisons entraînées par les piqûres de moustique et autres petites bêtes indésirables.

Quelles sont les autres utilisations de l’arnica ?

  • Les inflammations légères de la bouche et de la gorge (gingivite et aphtes) peuvent aussi être soulagées par un gargarisme à l’arnica.
    Il existe des formules spécifiques en pharmacie pour cet usage.
    Attention toutefois à ne pas en avaler : en usage interne, l’arnica est toxique.
  • L’arnica apporte aussi un soulagement dans les douleurs articulaires, du type arthrose, mais aussi dans certaines douleurs post-opératoires.
  • Elle permettrait aussi d’améliorer l’insuffisance veineuse légère.
  • Enfin, l’arnica est l’un des remèdes de prédilection des entraîneurs et des sportifs car cette plante permet de soulager les douleurs articulaires après l’effort.
    En médecine du sport, l’arnica est même utilisée préventivement pour limiter les hématomes et les douleurs associées.

Comment utiliser l’arnica ?

L’arnica se présente généralement sous forme de pommade ou de gel. Elle ne doit jamais être utilisée directement sur des plaies ouvertes.

Chez certaines personnes, l’application d’arnica peut provoquer une dermatite de contact (eczéma).
Par un phénomène d’allergie croisée, cette réaction apparaît le plus souvent chez les personnes présentant une allergie à la famille des composées (marguerite, échinacée, pissenlit, herbe à poux, souci, etc.).
Une allergie de ce type est donc une contre-indication à l’usage de l’arnica.

Les gélules homéopathiques à base d’arnica (mais qui n’en comportent qu’une dose infime, non mesurable avec les moyens actuels) sont aussi utilisées contre les bleus et les bosses, mais par voie orale (il faut les avaler).
Source : http://www.e-sante.be/arnica-petite-fleur-grande-utilite/2/actualite/335#JrGssAkY95gEf43L.99